Les loueurs de véhicules font peau neuve sur le web

20 oct. 2010 | Posté par Julia Kowalczyk

Hertz et Sixt en 2008, Avis en Juin 2010 et Europcar en Septembre 2010, les « Big Four », comme ils sont appelés dans le secteur de la location de véhicules, ont tous des sites web dernier cri. En effet, côté design/usability, ils sont bien pensés, et côté fonctionnalités ils sont plutôt avancés comparé à ce que fond les autres acteurs de l’industrie du tourisme.

En fait, l’étude des trois principales pages du couloir de réservation (celles qui mènent le client jusqu’à l’achat) est très instructive.

La page d’accueil : prédominance du moteur de recherche et du contenu marketing

Le moteur de recherche prend de un tiers (Hertz et Sixt) à deux tiers (Europcar et Avis) de la largeur de la page. Tout l’espace restant au dessus de la ligne de flottaison (la fameuse « fold line ») est occupé par du contenu marketing (promotions, prix d’appels, offres spéciales…).

A noter également que la tendance à ‘designer’ des sites en trois colonnes est en train de changer. En effet, à l’exception de Hertz (le plus ancien des quatre sites), la structure de la page d’accueil est basée sur deux larges panels en haut de la page, puis trois colonnes en dessous.

Concernant le moteur de recherche, les fonctionnalités proposées par les loueurs de voitures sont plutôt diversifiées et les approches différentes.

Le site d’Avis a le moteur de recherche le plus basique. Il est en fait peu attractif et beaucoup moins « user friendly » comparé aux autres. Chaque requête déclenche l’affichage d’une liste de résultats dans laquelle l’internaute doit préciser son choix.

Quant au site d’Hertz, on trouve un intéressant moteur de suggestion. L’internaute peut y entrer ce qu’il veut et à partir de trois lettres une liste de suggestions apparait. De plus, ce moteur est « intelligent » dans le sens où il peut aussi bien suggérer des pays, des villes, des stations de location… et faire des contres propositions si aucun résultats ne correspond à la recherche. L’internaute ne se retrouve donc jamais face à une liste vide ou un message d’erreur.

Le site d’Europcar offre également un moteur de suggestion, mais sans la fonction de correspondance approximative (« fuzzy matching »). Le point le plus intéressant dans leur moteur est en fait la carte. En effet, dans la liste de suggestions de résultats certains sont des liens normaux alors que d’autres permettent de chercher sur une carte sans recharger la page ni quitter la liste de suggestions.

Finalement, ce qu’on retiendra du moteur de recherche de Sixt c’est la simplicité et l’adaptabilité à l’utilisateur car le même champ de recherche permet deux usages différents. L’utilisateur peut sélectionner un pays puis une ville dans des listes déroulantes ou dans les mêmes champs il peut directement taper ce qu’il cherche et le moteur réagira alors comme un moteur de suggestions. Ce double usage est très intéressant car il permet de s’adapter aux différentes habitudes des internautes.

Concernant le contenu marketing, on constate que l’utilisation de carrousel (série d’images dynamique) est très tendance en ce moment. En effet, Europcar, Hertz et Sixt en ont un sur leurs pages d’accueil. Le principal avantage de cet outil est de pouvoir afficher un maximum d’offres dans un espace restreint.

La page de résultat : des onglets et des filtres pour maximiser le nombre de véhicules affichés

Les pages de résultats des « Big Four » sont plutôt similaires.

Avis, Europcar et Hertz ont de longues pages de résultats avec des onglets et des filtres pour aider l’internaute à faire son choix. En conséquence, pour maintenir la fluidité du couloir de réservation, des boutons « réservez maintenant » sont présents sur chaque produit (produit = véhicule).

Sixt a à peu près la même approche mais dans une version beaucoup plus compacte. En effet, ils ont fait le choix de proposer moins de produits et l’internaute doit cliquer sur un véhicule pour obtenir des informations. Cela peut paraitre plus contraignant pour l’internaute, mais présente deux avantages : d’une part, avec un tracking correct, Sixt sait exactement quels véhicules ont intéressés leurs internautes, et d’un point de vue utilisateur cela permet d’afficher plus d’informations sur un produit sans recharger la page, ouvrir une pop-up ou un overlay.

Produits additionnels lies à la location de voiture

En étudiant le couloir de réservation, on remarque également des améliorations dans la manière de vendre des extras. Dans ce domaine, deux écoles semblent dominer : les partisans d’une étape supplémentaire et ceux qui optent pour une intégration maximale. Chacune des approches présente ses propres avantages et inconvénients.

Les sites d’Avis et de Hertz fonctionnent avec une étape supplémentaire, cela rend le couloir de réservation un peu plus long mais permet d’afficher plus de produits additionnels (d’extras) et d’ajouter d’avantage d’informations sur chacun d’eux. Le client est donc forcément exposé à ces produits et il y a assez d’espace pour lui expliquer pourquoi il devrait opter pour des équipements et/ou assurances avec sa location.

Europcar et Sixt, eux, ont préféré intégrer les produits additionnels dans leurs pages de résultats. Sur le site d’Europcar ils s’affichent sous le véhicule si l’internaute clique sur « ajouter des extras ». Sur le site de Sixt ils sont systématiquement visibles mais ne sont réduits qu’à une ligne de texte. Cela induit un manque de visibilité des produits additionnels.

Cependant, ce manque est en partie compensé par un affichage répété (plusieurs points d’exposition). Ainsi,  les deux loueurs proposent également leurs produits additionnels sur leurs pages de payement (deux encas bien visibles en haut de page qui mettent en valeur des produits selon les choix précédents du client) et leurs pages de confirmation.

Les agences de voyage en ligne sont supposées être les championnes de la vente de produits touristiques en ligne et donc avoir un site au top des tendances actuelles ; quant aux compagnies aériennes, en ce moment elles sont très attirées par la vente de produits additionnels. Cependant, ces acteurs ne semblent pas porter d’attention aux loueurs de voiture. On parle peut être peu d’eux, cependant du au fait qu’ils ont moins de problématiques de connectivité et surtout au fait qu’ils sont dans un environnement hyper concurrentiel, ils sont en train de devenir de véritables experts de la vente en ligne. Pour ce qui concerne les « Big Four » au moins, ils ont tous des couloirs de réservation performants, une expérience utilisateur avancée et des approches intéressantes en terme de ventes additionnelles.

Jetez un œil à leurs sites !

1 commentaire sur “Les loueurs de véhicules font peau neuve sur le web”

  • [...] vous avez quelques minutes de libre, nous vous invitons à lire attentivement cette étude, ça en vaut vraiment la [...]

  • Publier un nouveau commentaire

    Nom

    Email (ne sera pas publié)

    Site Web (facultatif)