L’enjeu des portails dédiés aux compagnies low cost pour les GDS

10 jan. 2010 | Posté par Aurélie Krau

Si les GDS sont actuellement remis en cause par les systèmes issus du web, ils ont également su faire évoluer leur rôle et élargir leur offre. Illustration à travers l’intégration de l’offre low cost sur leurs portails et des enjeux liés.

Les GDS ont développé des portails destinés aux compagnies low cost afin de se réaffirmer en tant que globalisateur de l’offre aérienne, mais aussi afin de reprendre le contrôle (certes relatif) d’une offre qui leur échappait. En effet, traditionnellement le business model de distribution des low cost est la distribution en direct sur le web et aucune intermédiation. Cependant, s’ils introduisent l’offre des compagnies low cost (Flight Integrator de Galileo, Amadeus Ticketless Access, Rocade Suite de Sabre), la solution n’est pas encore totalement optimisée car le système ne permet pas systématiquement l’émission des billets, les compagnies low cost n’adhérant pas toutes à IATA. Ce type de solutions prévoit donc, la plupart du temps, la redirection vers le site de la compagnie pour la réservation.

Nous avons vu que les modèles s’influencent entre eux, et que maintenant la présence sur un maximum de canaux est devenu un standard : les compagnies low cost mettent en place des API (EasyJet, FlyBe), concluent des partenariats avec des agences en ligne (Lastminute et Easyjet), se distribuent sur GDS via des solutions dédiées. Une pratique reste toutefois polémique et condamnée par la majorité des low cost, Ryanair en chef de file, il s’agit du screen scrapping. La récente actualité le démontre encore.

Avec le développement de plateformes dédiées sur GDS, nous notons un renforcement de la tendance actuelle qui vise à une exhaustivité de l’offre via l’agrégation de divers partenaires. Nous nous retrouvons donc dans une configuration avec un point d’entrée unique à l’offre qui est centralisée.

Zoom sur Amadeus Ticketless Access (ATLA)

Amadeus Ticketless Access est integré au “flow” des réservations auquel les agents de voyage sont habitués. Les principes de réservation sont identiques à ceux des plateformes web (par exemple : paiement instantané, services payants (SSR)…). En tout, 33 compagnies low cost sont répertoriées dans la BDD, dont EasyJet et Transavia. La solution est complémentaire avec ‘MetaPricer’, qui est un moteur de recherches initié par Amadeus, proposant les offres low cost au sein de sa propre base de données. Ce moteur de recherche peut être interfacé sur des portails online, comme c’est le cas pour Kayak qui a noué un partenariat avec Amadeus en Europe. Encore une autre manière pour les GDS de se repositionner au centre de la distribution des prestations touristiques…

Publier un nouveau commentaire

Nom

Email (ne sera pas publié)

Site Web (facultatif)